Transport par route des matières dangereuses


Ce contenu est réservé aux abonnés


 

Le “Suremballage” : une infraction facilement évitable
Le défaut d’étiquetage des suremballages des produits dangereux est la tarte à la crème des agents verbalisateurs. Facile à identifier et tellement courant. Et pourtant il est simple d’éviter ces infractions.

– Premièrement, qu’est-ce qu’un suremballage ?
L’ADR 2015 (Règlement pour le transport des marchandises par route applicable en France et dans plus de 40 autres pays européens) définit le suremballage comme « une enveloppe utilisée pour contenir un ou plusieurs Colis ».

Exemples de suremballages :
Un plateau de chargement, tel qu’une palette sur laquelle plusieurs colis ont été regroupés et entourés d’une bande de plastique, une housse de film rétractable ou étirable ou par d’autres moyens adéquats. Même lorsque le film utilisé est transparent mais compte-tenu du nombre de tours appliqués, les étiquettes de danger deviennent peu voire plus lisibles, le législateur définit ce suremballage comme opaque.

– Deuxièmement, comment l’étiqueter ?
Il suffit de coller sur le suremballage l’étiquetage de danger (y compris les codes ONU) de tout(s) le(s) Colis. Une étiquet te obligatoire est à ajouter : « Suremballage » avec des lettres d’une taille minimale de 12 mm de hauteur.

Accès abonné

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Nous vous invitons à contacter le service Assistance
qui vous communiquera votre mot de passe :

par mail : assistance@classe-export.com
Veuillez préciser votre identifiant

ou

par telephone : 04 72 59 10 10